Chine-La Grande Muraille de Huanghua

Grande Muraille de Huanghua

    [...] « Levant un droit de passage, le cerbère fait femme interdit l’abrupt sentier. Son acolyte menace, la hache levée bien haut ! Difficile d’accéder à la Grande Muraille de Huanghua sans payer dîme… Choisie pour être peu fréquenté et pour l’image classique de la "Grande Muraille" aux hauts et larges remparts de pierres taillées, ce tronçon situé à soixante kilomètres au nord de Pékin est tenu par des locaux qui ont bloqué les issues d’accès aux remparts mais délivrent une échelle en contrepartie de vingt RMB (deux euros cinquante).

Ils sont trois dans cette antique tour de guet. L’un d’eux dort sur une paillasse en travers de l’accès aux remparts. C’est sale, le repoussant s’y allie à l’infect, un mirador fait office de toilettes. Dans le suivant c’est une cuisine sommaire. D’une meurtrière, je peux voir la tour suivante occupée par des soldats. Ils attendent le partage des péages de la journée. Plus tard… Puissants remparts dallés de granit, voici l’apogée en matière de défense chinoise contre les tribus nomades venues du nord. Cette menace permanente a conduit les Chinois, peuple d’agri- culteurs sédentaires, à entreprendre la construction de défenses les protégeant des invasions.

L’accumulation de ressources et de richesses attise la convoitise : les humains ont-ils véritablement changé à ce sujet ? Oubliée la muraille de terre coupant le désert par son milieu, l’échine crénelée serpente et se perd de vue dans des montagnes boisées aux falaises escarpées. Les archéologues et les scientifiques se l’accordent, la distance des murailles assemblées bout à bout dépasse les cinquante cinq mille kilomètres. Un travail de titans réalisé par de simples mortels… [...]

Mon récit est disponible

 

 

Les commentaires sont fermés.