Chine-Jiayuguan et la Grande Muraille

[...] Baigné dans la lumière du jour naissant le désert n’en finit pas de beauté, bordé au nord par les montagnes noires de Mazong et au sud par les monts Qilian aux sommets enneigés. Une piste ensablée coupe la plaine étranglée, la maigre végétation se fait une place entre les dunes de sable. Enfin, la Grande Muraille ! [...]

J’ai réalisé ce rêve fou de parvenir en moto à la Grande Muraille de Chine via la Route de la soie

* Petite mise au point grammaticale :... pour ceux qui s’interrogeraient sur mon emploi du terme « en moto ». Les prépositions à  et en sont toutes deux issues du latin in qui signifie  dans  et  sur. L’expression « en moto » (que je préfère, car « je fais corps » avec ma moto !) est donc correcte et confirmée par l’usage (Le Robert).

Mon récit est disponible au :

Livre FNAC

amazon.fr

    [...]Mon être entier vibre d’une joie intense, jusque-là contenue dans la malle des trésors merveilleux du voyage : j’ai réalisé ce rêve fou de parvenir en moto à la Grande Muraille de Chine via la Route de la soie. Je m’empare des événements accumulés pendant cette aventure et m’embrase à jamais de son histoire, certain de me consumer d’une flamme éternelle – le temps d’une vie terrestre…
    En fond, la Grande Muraille sur laquelle j’ai posé le drapeau français offert par Hani, puis la moto et moi en premier plan. L’obturateur de l’appareil photo nous compile dans une image. Une belle image de voyage en moto*.
    De créneaux en tours d’observation, le boa de pierre s’arrête au château fort et se mue en mur de terre pour continuer au loin vers le couchant. Un chemin de ronde, commencé trois siècles avant J.C., long de plusieurs milliers de kilomètres à l’abri duquel s’était replié l’Empire du milieu. Un rempart efficace, édifié pour protéger ses richesses du pillage des hordes nomades qui, constamment repoussées, ont pris la route vers l’Europe en saccageant sur leur passage l’Asie centrale. Du canyon surplombant un fleuve aux eaux colorées de limons, juste en son bord, se dresse la tour d’observation marquant la limite occidentale de la Grande Muraille de la Dynastie Qin. De ce point, je grimpe sur le mur érodé par le temps et marche longtemps en direction de l’est en me demandant si je parviendrai à Pékin, jusqu’aux rives de la mer Jaune, lieu de naissance de la Grande Muraille et après jusqu’à Shanghaï, pourquoi pas ?
    Quand la Providence m’ouvre ses fenêtres, je veux bénéficier de toute sa clarté ! [...] 

[...] Du sommet de la vallée, la vue plonge sur la ville. Annick s’exclame :
    - Des villes transformées comme Jiayuguan, il y en a des centaines !
    - La chine s’éveille !
    - Elle est déjà bien réveillée. Tu connais la série de la famille Simpson (1) ?
    - Le dessin animé ?
    - Oui, et bien comme Springfield est l’archétype d’une ville américaine, Jiayuguan l’est pour la Chine avec ses industries crachant une fumée polluante au milieu des habitations.
    - Tu as raison (c’est moi qui suis mal réveillé !), il y a même des cheminées d’où s’échappent des panaches blancs d’évaporation d’eau !
    - J’aimerais bien voir à quoi ressemble le Homer chinois. Pour la Duff (2) , je connais… Et pour le Donut, je le vois bien fourré de ces délicieux insectes dont notre voisin de table se délectait à midi. [...]

     (1) La série animée The Simpsons est une parodie acerbe de la famille américaine moyenne abordée avec gentillesse et humour.
     (2) La Duff fait allusion à la célèbre Bud (Budweiser). Une bière légère, claire et rafraîchissante ...

Les commentaires sont fermés.